FAQ : Foire aux questions

Des questions vous titillent sur nos thés et tisanes ? Vous n’êtes peut-être pas les seuls ! Vous retrouverez ici les réponses à celles qui nous sont le plus fréquemment posées, si la vôtre n’y figure pas, n’hésitez pas à prendre contact directement avec nous !

 

Qu’est-ce que la DLUO ?

La Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO) indique la période d’utilisation optimale des produits, mais cela ne signifie en rien que ces derniers sont périmés. Il s’agit de la date au-delà de laquelle les qualités organoleptiques (couleur, texture, saveur) et nutritionnelles des produits ne sont plus garanties par la marque.
Si votre sachet a été conservé dans de bonnes conditions (à l’abri de la chaleur et de l’humidité, à l’écart de substances odorantes (tabac, café, etc.) et dans un contenant convenablement fermé), le produit dont la DLUO est dépassée ne constitue aucun danger pour la santé humaine. Certes la fraîcheur n’est plus la même, mais ce produit peut encore ainsi être consommé avec le même plaisir !

 

Détermination de la DLUO

La réglementation ne fixe aucune date limite pour les produits secs tels que les thés et tisanes. C’est au fabricant de déterminer la DLUO qu’il souhaite attribuer au produit. Aux Jardins de Gaïa, nous déterminons cette date en fonction de différents facteurs :
• famille de produit : thé noir, thé vert, tisane de fruits, etc.
• sous-famille de produit : nature, parfumé ou aromatisé
• type de produit : d’origine ou création maison
• conditionnement : sachet, tube, etc.

Nos produits natures d’origine (thés, rooibos et honeybush, tisanes de plantes, écorces d’églantine, et mélanges exotiques), ainsi que parfumés (sans arôme) se conservent jusqu’à 36 mois. Les thés pu’er sont les seuls thés qui se bonifient avec le temps, comme les vins, ainsi il n’y a pas de date limite d’utilisation.
Le Matcha pour la cuisine et les tisanes de fruits se conservent 18 mois, et nos thés, rooibos et autres mélanges aromatisés jusqu’à 24 mois.

 

Comment conserver vos thés et tisanes ?

Il est fortement conseillé de conserver vos thés et vos tisanes dans des conditions optimales afin de pouvoir les déguster toujours avec le même plaisir :
• Conservez-les à l’abri de la chaleur, de la lumière et de l’humidité.
• Conservez-les à l’écart de substances odorantes (tabac, café, etc.).
• Conservez-les dans son contenant d’origine convenablement fermé ou dans une boîte conçue à cet effet.

 

Origine des thés pour les produits aromatisés et / ou mélangés

Nous ne communiquons pas sur l'origine des thés pour les produits aromatisés et/ou mélangés. Cette absence d’indication ne révèle pas un manque de traçabilité, bien au contraire. Dans la majorité des cas, nous utilisons des mélanges de thés de haute qualité en provenance de différents petits jardins. Ainsi, nous nous donnons les moyens de soutenir plusieurs projets de petits producteurs, tout en garantissant une certaine stabilité dans la qualité de nos produits et en palliant les fluctuations de rendement de ces différents petits projets.

Les producteurs de thés avec lesquels nous travaillons vivent principalement en Asie du Sud-Est (Chine, Inde, Sri Lanka, Japon, Vietnam, Corée du Sud, etc.) mais aussi en Afrique (Tanzanie, Rwanda). Le rooibos et le honeybush proviennent quant à eux d’Afrique du Sud, et le maté et le lapacho d’Amérique du Sud.

 

Différence de densité des feuilles

Les thés et les tisanes sont des produits agricoles transformés. Leurs propriétés organoleptiques (couleur, texture, saveur, volume) peuvent donc varier d’une récolte voire d’un lot à l’autre. Cela fait d’ailleurs partie du charme des plantes. Les Jardins de Gaïa veillent autant que possible à la qualité et à la relative constance des produits proposés. Toutefois, ils ne sauraient être tenus responsables d’éventuelles variations.

 

Eventuelles contre-indications

Nous commercialisons nos thés et tisanes pour leurs caractéristiques gustatives et non pour leurs propriétés médicinales. Par ailleurs, nous ne sommes pas habilités à donner des conseils médicaux concernant nos produits. En France, seuls les médecins, les pharmaciens et les herboristes sont aptes à donner des conseils sur l’usage des plantes à des fins médicales. Ainsi, nous vous conseillons de vous renseigner auprès de l’un de ces spécialistes pour vous donner les informations qui vous sont nécessaires et vous informer des éventuelles contre-indications en période de jeûne, de grossesse ou d’allaitement ou durant un traitement homéopathique.

 

Précision pour TH503 Tisane du jeûne

Certes, notre "Tisane du jeûne" (réf. TH503) contient des plantes réputées digestives ou dépuratives qui conviennent bien en accompagnement d'une période de jeûne. Mais, consommée en quantité raisonnable et dans le cadre d’une alimentation équilibrée, cette tisane de plantes peut tout à fait être consommée en tant que simple boisson chaude du quotidien. Cette information est néanmoins à confirmer auprès d'un professionnel de la santé.

 

Précision pour les thés en général

Dans la médecine traditionnelle chinoise, le thé est contre-indiqué en période de grossesse et d’allaitement. Toutefois, consommés en quantité raisonnable et dans le cadre d’une alimentation équilibrée, nos thés peuvent tout à fait être consommés en tant que boisson chaude durant une période de grossesse et d’allaitement. Cette information est néanmoins à confirmer auprès d'un professionnel de la santé.

 

Précision pour le lapacho

Le lapacho que nous commercialisons est de la variété TABEBUIA IMPETIGINOSA.
Chaque variété a des valeurs curatives différentes. Le lapacho étant une plante riche en principes actifs, il est vrai que la littérature déconseille sa consommation pour les femmes enceintes ou allaitantes.
Les allégations de santé présentent sur les étiquetages sont bien encadrées. Nous allons donc nous renseigner pour savoir ce qu'il est possible de mettre en place pour mentionner cette contre-indication.

Nous pouvons uniquement vous proposer deux livres :
« Le lapacho » (réf. LV001) du Pr. Serge Jurasunas. Ce français d’origine, immigré aux U.S.A. et au Canada, dévoile dans ce livre des connaissances avancées sur cette plante utilisée par les tribus indiennes d’Amérique du Nord. Installé au Portugal depuis quinze ans, ce professeur est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes internationaux des méthodes alternatives.
« Se soigner avec le lapacho » (réf. LV006) de Walter Lübeck. Ce livre raconte les origines, les traditions, et les récentes découvertes scientifiques liées à cet arbre. L’auteur vous livre les meilleures recettes pour préparer le lapacho et le déguster tant pour le plaisir que pour se soigner, avec des indications précises sur les dosages à respecter.

 

Comment aromatisons-nous nos produits ?

L’aromatisation aux Jardins de Gaïa

Après réception des matières premières, certains de nos thés et tisanes sont aromatisés avec des arômes naturels puis conditionnés. Toutes ces étapes sont effectuées à la main dans nos locaux en Alsace. Le travail manuel permet d’apporter le plus grand soin et la plus grande humanité à ces plantes cueillies avec respect par nos partenaires. Pour Les Jardins de Gaïa, l’ajout d’arômes naturels n’a pas pour but de couvrir les saveurs du thé ou des plantes, mais plutôt de leur donner de nouvelles subtilités, de faire ressortir leur richesse organoleptique.
Le thé ou les plantes sont bien évidemment les ingrédients aromatiques principaux. Ainsi, chaque recette est minutieusement préparée, en respectant la finesse des plantes utilisées.
Le choix des ingrédients est primordial dans l’élaboration de nos recettes, c’est pourquoi nous veillons à utiliser que le meilleur : des arômes naturels, des fruits, des épices, et des fleurs sélectionnées pour leur origine et leur qualité. Nos recettes sont le fruit d’une inspiration quotidienne, guidée par notre curiosité, par notre passion pour notre métier et par l’envie de vous faire découvrir de nouvelles saveurs.

 

Quelques mots sus les arômes

Dans l'esprit du consommateur, le terme arôme est généralement associé à un produit artificiel. Cependant, il existe des arômes de « synthèse » et des arômes « naturels » dont les dénominations sont encadrées par le règlement (UE) n° 1334/2008 relatif aux arômes.

 

Qu’est-ce qu’un arôme alimentaire ?

Un arôme alimentaire est un produit non destiné à être consommé en l’état, qui est ajouté à une denrée alimentaire pour lui conférer une odeur et/ou un goût.

 

Comment les arômes alimentaires sont-ils composés ?

Les arômes alimentaires sont le fruit d’un processus de création dans lequel l’aromaticien joue le rôle d’un chef ayant à sa disposition une palette d’ingrédients et agents aromatisants :
- des préparations aromatisantes, telles que les huiles essentielles, extraits, jus, infusion, distillats…etc, qui sont toujours des produits naturels.
- des substances aromatisantes, qui sont des substances chimiques simples pouvant être extraites de produits naturels dans des conditions particulières, ou produites de manière synthétique.

 

Quelles sont les différentes catégories d’arômes alimentaires ?

Il existe différents types d’arômes alimentaires dont les dénominations sont listées et encadrées par le règlement (CE) n° 1334/2008.
- Arôme
- Arôme naturel
- Arôme naturel de « X »
- Arôme naturel de « X » avec autres arômes naturels

 

Quelle différence entre l’appellation « Arôme » et « Arôme naturel » ?

Un arôme peut être élaboré à partir d’un ou plusieurs agents aromatisants naturels et/ou synthétiques. L’utilisation du qualificatif « naturel » est considérée comme une allégation. L’arôme est qualifié de naturel uniquement si les agents d’aromatisation de sa formulation sont 100% naturels.

 

Les trois catégories d’arômes naturels seront-ils autorisés dans la règlementation bio ?

Selon la règlementation (UE) n° 834/2007 en vigueur, seuls les arômes dits « naturels » peuvent entrer dans la composition d’un produit bio. Cette règlementation est valable jusqu’au 31/12/2021 et sera remplacée par le règlement (CE) n° 2018/848. La nouvelle règlementation relative à l’agriculture biologique comporte des nouveautés concernant les arômes pouvant être utilisés dans les produits transformés biologiques.
La mise en application de ce règlement modifie l’utilisation et la définition des arômes utilisés dans les denrées alimentaires transformées : Seuls les arômes naturels de « X » seront autorisés dans les denrées alimentaires transformées.

 

L’arôme naturel de « X » qu’est-ce que c’est ?

Un arôme naturel de « X » est toujours formulé à base d’agents d’aromatisation qui apportent au total le goût de la source citée X et sont de statut naturel. Les arômes naturels de « X » sont utilisés le plus souvent en mélange :
- Substance aromatisantes naturelles : limonène (note citron, orange), thymol (note thym) …etc.
- Préparation aromatisantes : huile essentielle de menthe, extrait de vanille, extrait de poisson…etc.
Contrairement aux autres arômes naturels, les arômes naturels de X sont issus à 95% minimum de la source citée X et à 5% maximum issus d’autres sources naturelles.

 

Quelle est la différence entre un Arôme naturel de « X » et un extrait de « X » ?

L’extraction a pour rôle de récupérer l’essentiel des composés responsables de l’impact sensoriel de la matière première de départ.
Le terme « extrait » peut à la fois désigner des huiles essentielles, des distillats et des alcoolats.
L’extrait est donc un cas particulier d’un arôme naturel de X, dans lequel aucune incorporation n’a eu lieu :
- ni d’agents d’aromatisation issus d’autres sources que X
- ni de substances aromatisantes naturelles de la même source que l’extrait

 

Comme il est dérivé à 100% de « X », l’extrait de « X » n’est-il pas plus noble que l’arôme naturel de X ?

Les arômes naturels de « X » et les extraits de « X » sont tous deux des produits nobles :
- L’arôme naturel de « X » est dérivé à au moins 95% de X et l’extrait à 100%. Ils sont tous les deux issus en très grande majorité de la source X. L’arôme naturel de « X » peut d’ailleurs très bien être dérivé à 100% de X.
- Les agents d’aromatisation qui les composent sont 100% naturels.

 

Quel type d’arôme est utilisé dans les formulations de la marque « Les Jardins de Gaïa » ?

Les arômes utilisés dans les produits de la marque « Les Jardins de Gaïa » sont des arômes naturels de « X » conformément aux règlements (UE) n° 2018/848 relatif à l’agriculture biologique et le règlement (UE) n° 1334/2008 concernant les arômes.
En plus d’être naturels, les arômes que nous utilisons dans nos recettes aromatisées sont certifiés selon les modalités de l’Agriculture Biologique*, sans OGM (Organisme Génétiquement Modifié) et sans aucun traitement ionisant.

* À l’exception de :
- Arôme naturel de rhubarbe
- Arôme naturel de litchi
- Arôme naturel d’amande
- Arôme naturel de grenade
- Arôme naturel de fruit du dragon
- Arôme naturel de mirabelle

Les préparations aromatisantes de ces arômes ne sont pas disponibles à ce jour en Agriculture Biologique.

 

Y a-t-il du gluten dans les produits Jardins de Gaïa ?

Selon l’Annexe IV mentionnée à l’article R. 112-16-1 du code de la consommation, les céréales contenant du gluten font parties des ingrédients devant figurer sur l’étiquetage des denrées alimentaires.

«Annexe IV » mentionnée à l’article R. 112-16-1 du code de la consommation, liste des ingrédients devant figurer sur l’étiquetage des denrées alimentaires.
1. Céréales contenant du gluten (à savoir blé, seigle, orge, avoine, épeautre, kamut ou leurs souches hybridées) et produits à base de ces céréales, à l'exception :
a) Des sirops de glucose à base de blé, y compris le dextrose
b) Des maltodextrines à base de blé
c) Des sirops de glucose à base d'orge
d) Des céréales utilisées pour la fabrication de distillats ou d'alcool éthylique d'origine agricole pour les boissons spiritueuses et d' autres boissons alcooliques.

Les arômes naturels biologiques que nous utilisons dans nos produits aromatisés sont constitués, en partie, d’alcool éthylique. Le procédé utilisé pour produire l'alcool éthylique de nos arômes est la fermentation alcoolique: l'amidon du blé est mis en fermentation, ce qui produit de l'alcool éthylique (comme lors de l’élaboration du vin), dans ce cas c'est le saccharose du raisin qui est fermenté.

La fermentation alcoolique transforme les sucres en alcool éthylique or le gluten n'est pas un sucre mais une protéine donc il ne participe pas à la fermentation. L'équipement et le procédé de fabrication de notre fournisseur d’arôme permet de garantir l’absence de trace de protéine dans l'alcool éthylique produit.

 

Taux de théine

Caféine, théine, tanin et théanine : définitions

Dans la feuille de thé il y a :
• De l’eau : ¾ d’eau pour ¼ de matière sèche
• Des tanins ou polyphénols : ils donnent la charpente, l’astringence, l’amertume voire le velouté à l’infusion. Les principaux tanins sont le gallate d’épigallocatéchine (EGCG), la catéchine et la quercétine, tous de puissants antioxydants.
• Des alcaloïdes tels que la théine qui donne de l’amertume, stimule le système nerveux central et aide à détruire les graisses.
• Remarque : la caféine et la théine sont une seule et même molécule
• Des acides aminés (protéines) dont la théanine relaxante et énergisante
• Des vitamines dont les vitamines C, A, B1, B2, B6, B9, E et K
• Des minéraux : fluor, potassium, calcium, magnésium, zinc, manganèse,
• Des arômes
• Des chlorophylles qui donnent la couleur
• Des glucides et lipides en faible quantité

Source : Les thés bio: Plaisir, réconfort et bien être, Béatrice THIBAULT – Natacha DUHAUT, Anagramme Editions, 2007

 

Théine, tanin et théanine sont donc toutes des molécules présentes dans le thé. Elles ont cependant des particularités bien précises.

 

Facteurs ayant une influence sur le taux de caféine du thé

Pour un même type de thé, il est difficile de hiérarchiser la teneur en théine et en tanin. Plusieurs facteurs auront un rôle sur leur présence dans le thé :
• la période et l'année de récolte
• la place de la feuille sur l’arbre
• l'altitude d'origine des théiers
• la méthode de fabrication

 

Consommables

Les consommables que nous utilisons pour emballer nos produits (sachet, tube etc…) respectent le règlement européen 1935/2004 du 27 octobre 2004 concernant les matériaux et objets destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires.
Par ailleurs, la loi française 2012-1442 prévoit la suspension de la fabrication, de l’importation, de l’exportation et de la mise sur le marché de tout conditionnement, contenant ou ustensile comportant du bisphénol A et destiné à entrer en contact direct avec des denrées alimentaires.

Les emballages que nous utilisons sont conformes à ces deux règlementations :
Les sachets que nous utilisons sont tous fabriqués en Europe. Ils sont composés soit de papier 100% recyclé et non blanchi, soit de papier kraft blanc non chloré. Le film intérieur, qui permet une protection optimale de nos produits, est constitué majoritairement de cellulose de bois certifiée FSC™ et est compostable s’il est vierge (non imprimé). Les boîtes à thé en métal sont en fer blanc alimentaire garanti sans bisphénol A (BPA) ni phtalates. Nous utilisons plusieurs types de boîtes à thé : avec couvercle coiffant en fer blanc et un opercule en métal ou en plastique (polyéthylène) ou avec un couvercle entrant dit « plugin » en fer blanc.
Les étiquettes sont imprimées sur des papiers certifiés FSC™ ou PEFC™ dont les colles sont à bases aqueuses.

Retrouvez plus d’informations : https://www.jardinsdegaia.com/blog/fil-d-actualite/l-eco-conception-au-coeur-de-notre-developpement/

Certifications FSC (Forest Stewarship Council) ou PEFC (Pan European Forest Certification).

 

Signification de Maka

La raison sociale de notre société est « Maka SARL ». Maka est un mot du langage de la tribu amérindienne des Sioux qui désigne la Terre, tandis que notre marque est « Les Jardins de Gaïa ». Ces deux termes montrent notre attachement à l’environnement qui nous entoure.


Accessoires

La majorité des accessoires autour du thé que nous commercialisons est issue d’un travail artisanal. Les contenances, les dimensions et les tailles sont donc approximatives et données à titre indicatif. Merci de votre compréhension.

 

Qu'en est-il de nos produits originaires du Japon ?

Communiqué - Produits en provenance du Japon - Août 2016

 

Qu'en est-il de l'enquête du magazine "UFC Que Choisir" de 2001 ?

En 2001, le magazine UFC Que choisir, mai 2001, n°382 publiait une « étude », testant de nombreux thés et leur contenance en pesticides et métaux lourds. Plusieurs de nos thés y étaient cités. Malgré notre demande à l’époque d’un droit de réponse, analyses à l’appui, qui démontraient les erreurs publiées, le magazine n’a jamais donné suite à notre courrier. Aujourd’hui, plus de 14 ans plus tard, cette étude malveillante circule toujours.

Explications.

« Suite à une série de tests, 60 thés verts ont été classés en 4 catégories« , disait l’article.

• Dans la première catégorie intitulée « 27 thés avec pesticides à fortes doses et plomb » figure l’un de nos thés : le thé vert nature « Yin Gou » d’origine chinoise. D’après les analyses réalisées par le magazine cité, celui-ci contiendrait du fenvalérate (insecticide de la famille des pyréthrinoïdes) à un taux supérieur à la valeur limite autorisée. Nous disposons d’une analyse pour ce même lot de thé, effectuée par un laboratoire agréé indépendant utilisant la même méthode d’analyse et qui n’a détecté aucune trace de pesticides (valeur inférieure à la limite de détectabilité de 0,005mg/kg).

Consultez les analyses !

• Dans la deuxième catégorie intitulée « 6 thés à éviter », aucun de nos thés ne figure.

• Dans la troisième catégorie intitulée « 11 thés à la limite de l’acceptable », c’est notre « Gunpowder » qui est mis en cause pour sa teneur moyenne en plomb. Il s’agit là encore d’un thé vert nature d’origine chinoise. Il faut savoir que le plomb  fait partie des métaux lourds, qu’il est naturellement présent dans l’eau et le sol et que les plantes en absorbent immuablement.

Exemple de jardin où sont cultivés nos thés, ici, à Da Zhang Shan, Chine.

Tout en exerçant une surveillance de ce sujet, nous savons qu’au vu de l’industrialisation croissante de la planète, la présence de certains métaux lourds dans la terre est devenue quasi inéluctable, notamment en Chine. Cependant, en tant que spécialistes du thé, nous ne pouvons pas faire l’impasse sur les thés de Chine, berceau du thé. A titre de comparaison, ce serait comme vendre du vin, mais pas de vin français !

En travaillant avec des petits producteurs, en agriculture biologique et en encourageant au maximum l’agriculture biodynamique, nous mettons tout en œuvre pour que nos thés soient exempts de toute contamination. Depuis nos débuts, nous favorisons le travail de partenariat de long terme avec les producteurs de thé ; nous les connaissons donc personnellement, ainsi que les jardins dans lesquels leurs thés sont cultivés. Il s’agit toujours de lieux éloignés de toute industrie, difficiles d’accès, situés principalement dans des villages d’altitude.

La réglementation européenne ne fixe pas de teneur maximale pour les métaux lourds dans le thé sec, et encore moins lorsqu’il est infusé, manière dont on le consomme habituellement. La présence de métaux lourds dans une tasse de thé n’a d’ailleurs pu être mise en lumière que lors de temps d’infusion trop longs, inadaptés.

Notre conseil ? Respecter scrupuleusement les temps d’infusion proposés sur chacun de nos sachets, et, comme pour tout autre aliment, adopter une consommation variée !

• Dans la quatrième catégorie intitulée « 16 thés sans reproches », nous sommes ravis d’y voir figurer notre tuocha « Pureté du Yunnan ».

Suite à la parution de cet article en 2001, Arlette ROHMER, fondatrice et gérante des Jardins de Gaïa, avait alors rédigé un démenti qui reprenait plus ou moins les éléments ci-dessus. Une lettre avait également été adressée à la direction de la revue, mais celle-ci n’a jamais été prise en considération.

 

Depuis leur création en 1994, Les Jardins de Gaïa sont très attachés à la qualité de leurs thés et tisanes, TOUS issus de l’agriculture biologique. Nous veillons constamment à la qualité des ingrédients qui arrivent dans votre tasse, pour vous apporter entière satisfaction, et ce aussi bien d’un point de vue gustatif que du point de vue de la sécurité sanitaire.