Des Grands Thés bio et éthiques, des voyages et des rencontres…

Arlette Rohmer, fondatrice des Jardins de Gaïa

La cérémonie de thés japonaise


Le Chanoyu

Littéralement « eau chaude pour le thé », le chanoyu est l’art de préparer le thé lors d’une cérémonie essentiellement codifiée par le maître de thé japonais Sen no Rikyū au XVIème siècle et fortement influencé par le bouddhisme zen. Dans un cadre épuré où le choix des objets et leur place sont parfaitement étudiés, cet art fait la part belle à la contemplation. Ainsi, le participant est invité à admirer tout ce qui l’entoure et à s’en imprégner. Il prend conscience de la beauté de l’instant tout en saisissant sa nature éphémère.

Cela se résume par Ichi-go 一期, Ichi-e 一会 :
un moment unique, une rencontre !

L’invité prend le temps d’apprécier l’harmonie architecturale intérieure, du tokonoma (alcôve) et de son kakemono (calligraphie ou peinture suspendue au mur), des décorations et de l’ikebana (bouquet traditionnel de fleurs coupées).

Les conversations sont réduites au minimum afin de respecter l’harmonie sonore créée par les murmures de la fontaine, par le crépitement du foyer ou par les instruments manipulés par l’hôte.

Le chanoyu répond à quatre grands principes décrits par Sen no Rikyū :

WA -和 QUI SIGNIFIE « HARMONIE »
Relation entre l’hôte et l’invité dans un moment de partage.

KEI -敬 QUI SIGNIFIE « RESPECT »
La hiérarchie du monde extérieur étant abolie en ce lieu chacun se respecte « naturellement », sans effort et dans un rapport d’égalité.

SEI -清 QUI SIGNIFIE « PURETÉ »
Ce principe s’illustre dans les purifications rituelles avant d’entrer dans le chashitsu (salle de thé) ainsi que par les différents rites de
nettoyages des instruments de cérémonie avant et après le service du thé.

JAKU -寂QUI SIGNIFIE « TRANQUILLITÉ »
État de sérénité qui est atteint lorsque que les trois premiers principes sont réalisés.

L’hôte s’engage corps et âme dans la création d’un moment unique de plaisir à la fois esthétique, intellectuel et physique qui aboutit à la « tranquillité de l’esprit » qui donne tout son sens à la cérémonie.

Dans le cadre de cette expérience unique, les thés sont préparés « au goût des Japonais » ainsi les arômes peuvent paraître un peu plus forts pour certains palais occidentaux. En dehors de la cérémonie, ils peuvent bien sûr être préparés de façons plus légères, selon les goûts de chacun.

Cha Dô :  la voie du thé

Introduit au Japon au IXème siècle par le moine Eichû de retour de Chine, le thé fut réservé à quelques élites puis tomba en désuétude. Il refit son apparition au XIIème et devint la boisson favorite des moines qui s’en servaient pour se tenir éveillés dans leur méditation et des samouraïs qui en apprécièrent l’originalité. Mais ce n’est qu’au XVIème siècle que le thé se popularisa à tous les niveaux de la société japonaise et fit naître une architecture et un art raffiné en partie codifié par le moine et grand maître de thé Sen No Rikyu.

Les maisons de thé

Pour participer à la cérémonie du thé, les hôtes accèdent à la maison de thé par le portail extérieur puis pénètrent dans un petit jardin de thé (le roji). Ils empruntent ensuite un sentier conduisant au portail central (amigasa-mon), nommé « portail du parapluie tissé ». Dans cet espace calme, les hôtes sont invités à laisser le monde extérieur derrière eux et se purifient la bouche et les mains à l’aide d’une louche en bois au uchi-roji (fontaine de pierre).

Les hôtes pénètrent ensuite, dans le pavillon de thé proprement dit par une minuscule ouverture (nijiriguchi), ce qui les oblige à se tenir courbés et montrer un signe de respect. La cérémonie de thé est un instant fugace et exceptionnel partagé par le maître de thé avec ses hôtes qui demeurent tous au même niveau. Symboliquement chaque invité se met au même rang social que son voisin qu’il soit empereur ou simple paysan.

Dans le pavillon de thé, la décoration est à la fois sobre, épurée et très belle. Celle-ci change en fonction de l’humeur, des saisons et du goût du maître de thé. Partout, l’oeil peut s’arrêter sur quelque chose d’agréable. La forme et la décoration des récipients utilisés sont également fonction des saisons : en été, ils sont plats et larges pour que le liquide refroidisse plus rapidement, en hiver, plus hauts et plus épais, pour mieux tenir la chaleur.

Le maître de thé fait chauffer de l’eau dans une bouilloire métallique, nettoie les bols à thé et les autres ustensiles et verse à l’aide d’une cuillère en bambou d’abord la poudre de thé dans un bol, puis l’eau chaude. La cérémonie du thé peut alors réellement commencer…

Programme des prochaines cérémonies de thés japonaise

→ Samedi 15 février 2020 à 13h30

→ Samedi 15 février 2020 à 15h30

→ Samedi 22 février 2020 à 13h30

Inscrivez-vous !

 

Découvrez le programme et les dates des cérémonies de thés japonaise dans notre Maison de thé !